Étiquettes

, , , , , , ,

Le légendaire groupe The DREAM SYNDICATE sera en tournée européenne cet automne et en concert EXCEPTIONNEL le jeudi 13 Octobre 2022 au CHERRYDON !

A l’occasion de cet événement, il fêtera sur scène les 40 ans de son mythique premier album «The Day of Wine and Roses» en le jouant. Puis en une seconde partie, il jouera les morceaux de son dernier album «Ultraviolet Battle Hymns and True Confessions» sorti le 10 juin de cette année. Ce sera leur premier concert à Marseille et dans le sud-est de la France. Un événement rare, à ne pas manquer !

Réservation par mail: diy@orange.fr / Plus d’informations sur le Dream Syndicate ci-dessous.


The Dream Syndicate, le mythique groupe de Los Angeles, l’un des principaux acteurs du mouvement Paisley Underground, a sorti ce 10 juin, sur Fire Records, son nouvel et 8ème album studio  «Ultraviolet Battle Hymns and True Confessions». Le magazine Uncut a écrit à ce propos que le Dream Syndicate était : «le gardien international du psychédélisme déglingué ».


Lorsque le Dream Syndicate a émergé au début des années 80, son leader Steve Wynn déclara :
« Nous jouons la musique que nous voulons entendre parce que personne d’autre ne la fait. Je ferai des concessions sur ce que je mange ou sur l’endroit où je dors, mais je ne ferai aucun compromis sur la musique que je joue ».
Leur inspiration repose sur une rencontre entre le Velvet Underground et le Crazy Horse de Neil Young. Cela pourrait sembler banal aujourd’hui. Cependant l’approche brute de la guitare, de la basse et de la batterie n’était pas courante à une époque où les groupes formatés MTV régnaient. Comme l’a fait remarquer Steve Wynn : « Nous sommes l’opposé d’un groupe à single. »

Leur premier album, aux ondulations psychédéliques,  sorti en 1982 le fabuleux «The Days of Wine & Roses» a été unanimement encensé par la presse rock, notamment par NME, Melody Maker, Sounds, Rolling Stone, Best et Rock & Folk, les fanzines tels que «Nineteen» ou «The Bob», parmi bien d’autres magazines spécialisés.


Après quelques changements de line up, 4 albums studio au compteur, le développement de projets individuels ou avec autres collectifs, quelques pauses et une interruption en 1989, en 2012 ils reviennent sur scène. Le guitariste Jason Victor (guitare lead) rejoint deux membres originaux Steve Wynn (chanteur/auteur-compositeur/guitariste) et le batteur Dennis Duck. Le bassiste Mark Walton (membre en 1984) se rallie de nouveau.

Après une série de tournées où l’osmose, inévitablement différente de celle du Dream Syndicate des 80’s, se confirme, ils enregistrent  en 2017, leur premier album studio depuis des décennies,  «How Did I Find Myself Here?». MOJO écrit alors : « Le genre de retour que vous voulez toujours que votre groupe préféré fasse. » L’album est étonnamment frais, empreint de nouveautés. En effet, le Dream Syndicate ne régurgite  jamais ses vieux albums mais s’enrichit des expériences individuelles de ses membres. Avec le même feu, le même élan passionné que ceux de jeunes groupes.
L’arrivée de l’ancien clavier de «Green on Red» Chris Cacavas (membre désormais officiel) apporte une luxuriance incroyable au son des guitares.

En 2019, sort «These Times», deuxième album de ce nouveau line-up.  


Comme écrit plus haut, tout fan ayant prêté attention sait déjà que le Dream Syndicate ne fait jamais deux fois le même album. Steve Wynn avait déjà expliqué : « Aucun de nos quatre albums des 80s ne se ressemble ». On a pu de nouveau le constater dans l’album expérimental et psychédélique «The Universe Inside» sorti en 2020, sur lequel on peut écouter des morceaux d’une longueur jamais égalée : 7, 8, 9,10 ou même 20 mn ! Un léger clin d’œil  au morceau « John Coltrane Stereo Blues », extrait du premier album live «This Is Not The New Dream Syndicate Album… Live! », dont les versions scéniques dépassaient les 10 mn ? Certainement pas. Assurément une nouvelle épopée psychédélique du Dream Syndicate qui franchit de nouvelles frontières, entre jam et concept album, pour cet opus fort surprenant.


Ne ratez pas ce groupe qui reste inventif, se renouvelant encore et encore à bon escient, qui via l’humble et passionné Steve Wynn déclara : « Devenir célèbre n’a jamais été notre but ».